Zone membre

Identifiants perdus - Inscription

Le Marrakech d'autrefois en photos

Place des ferblantiers juifs

L'observation des photos et cartes postales anciennes renvoie toujours à un défi passionnant : celui de resituer avec précision leur localisation. A Marrakech, la faibles mutations de la ville rendent relativement facile cet exercice. Par contre, d'un éditeur à l'autre, les appellations changent. Parfois plusieurs dizaines d'années séparent les différents clichés... Ici, Bab Berrima et la place des ferblantiers juifs offre l'avantage de clichés nombreux et sous des angles différents...
Note : vous pouvez agrandir les photos en cliquant.

LIRE LA SUITE ...

Le Mellah

Avant l'islamisation du Maroc, les berbères adoraient divers Dieux (Ifren - qui a donné Africa-, Gurzul..) mais certaines tribus s'étaient converties au christianisme et au judaïsme. Musulmans et juifs cohabitèrent paisiblement pendant des siècles mais, avec l'arrivée soudaine des populations refoulées dans le cadre de la Reconquista (et dont de nombreux juifs berbères espagnols), des tensions apparrurent. Comme le savoir faire des artisans venus d'Espagne était tout particulièrement apprécié, le sultan fit construire à Fès, en 1438, le premier quartier juif fermé et ce, à proximité immédiate du palais afin de les protéger.

A Marrakech,  les juifs étaient éparpillés mais habitaient principalement à Mouassine. Dans des conditions similaires (une émeute),  le Sultan saadien Abdallah el-Ghalib décida de regrouper à partir de 1557, les différents juifs de Marrakech. Sur un domaine royal, déjà occupé par des chrétiens, il fit dessiner un quartier en forme de... svastika. Ce quartier fermé était ceint de grands murs avec seulement deux entrées (une sur la médina, et une sur le cimetière). Ce n'était pas un ghetto, puisque les juifs avaient la liberté de circuler mais ils devaient se déchausser en entrant dans les quartiers musulmans (les juifs portaient des babouches noires et les musulmans des babouches jaunes). Le soir, comme dans tous les quartiers, les portes étaient refermées, évitant ainsi les incursions de part et d'autres.

A la fin du XIXème siècle, le quartier juif s'est étendu au-delà de la Place Juive (devenue Place des ferblantiers), raison pour laquelle, autour du marché du Mellah, on trouve aujourd'hui quelques maisons à balcon, caractéristiques de l'habitat juif.

 

LIRE LA SUITE ...

Photos anciennes insolites

En explorant des fichiers ou des blogs de photos anciennes de Marrakech, on tombe parfois sur des photos insolites...

1 - Au pied du Mont Guéliz, près du camp militaire, qui s'appelait le camp Mangin à l'époque, une carave de chameaux de la colonne du Souss, pour le déplacement des troupes.
2 - C'est à peine visible mais, en haut sur le mur, sont accrochées les têtes de rebelles exécutés. Cette photo a peut-être été prise à Jemaâ el fna qui était le lieu où s'effectuait lesexécutions capitales. L'éthymologie du nom de la place est d'ailleurs "L'assemblée des damnés", et très probablement pour cette raison. En contruisant le Club Med, il fut d'ailleurs retrouvé des anciens cachots avec des squelettes enchainés...
3 - Les 4 CV qui étaient les voitures de la sûreté nationale dans les années 60
4 - Il y a eu autrefois à Marrakech un carnaval avec défilé de chars.
5 - Des anciens "bidonvilles" peuplés de gens du Sous
6 - Un élevage d'autruches à la Ménara

  

LIRE LA SUITE ...

Cinéma Zahra

Il existait une dizaines de salles obscures en médina de Marrakech, toutes fermées sauf le Cinéma Mabrouka. Le Cinéma Eden devrait renaitre comme Centrre culturel et en conservant sa salle. Voici donc, le cinéma Zahra (que certains marrakchis appellent Zohra) envahi par la poussière. Dans la salle de projection existe encore deux vieux projecteurs qui fonctionnaient au charbon ! Il est émouvant de redécouvrir les affiches de films mythiques et d'imaginer la vie qu'il pouvait  avoir ici.  A l'origine, comme la plupart des anciens cinéma de Marrakech, le cinéma Zahra était en plein air avant que ne lui soit adjoint une salle obscure. On y venait entre amis et on y préparait le tagine ou le thé ; bien sûr, ces cinémas ne fonctionnaient que l'été. Avec l'arrivée des salles obscures, l'ambiance a changé ; c'est devenu le lieu favori des activités illicites ; on y fumait, on y buvait, et plus si affinité...

Aujourd'hui l'association Save Cinemas in Morocco lutte non pas pour leur réouverture mais pour qu'ils restent des lieux culturels. De grands espaces, au coeur des médina sont, effectivement, des opportunités à préserver.

Note : Le cinéma Zahra se trouve Derb Balabada (quartier Dabachi).

   

LIRE LA SUITE ...

La chapelle des anges

Pendant le protectorat français, avant la construction de l'Eglise, à Guéliz, il y avait une petite communauté de franciscains qui officiaient dans une petite chapelle à Kenaria. La chappelle des Anges à disparu mais le derb en porte encore la mémoire puisque Derb Nakous signifie "le derb de la cloche". On peut encore voir, à la fenêtre de ce qui était la chapelle, une grille qui porte une croix dans sa partie supérieure.

Note : cliquez pour agrandir lesphotos

      

Ces français du Marrakech d'autrefois

Voici un blog particulièrement intéressant pour tous les amoureux d'histoire. Il met en relation ceux qui ont participé au Protectorat et qui recherchent des traces ou des contacts de cette époque ; il s'adresse aussi, d'une manière plus large à toute la communauté française qui a vécu à Marrakech, même après l'indépendance. Bref, dans ce blog de souvenirs, de contacts et retrouvailles, ont perçoit une certaine nostalgie, mais tous, vous prendrez plaisir à vous plonger dans cette histoire. Il permet d'envisager ce qui était le mode de vie de cette communauté.

Le nom du blog Mangin@Marrakech renvoie à un détail de l'histoire mais qui, pendant le Protectorat, avait une signification profonde. Autrefois, le Boulevard Mohamed V s'appelait l'Avenue Mangin et le Camp de l'Armée Royale et le lycée Victor Hugo, portait aussi le nom de ce personnnage. Qui était-il ?

Charles Mangin, né à Sarrebourg le 6 juillet 1866 et mort à Paris le 12 mai 1925, est un général français. Convaincu de la valeur des troupes sénégalaises, il était un partisan ardent d'une armée africaine, la « force noire »,  nombreuse et puissante, au service de la France. Mangin tel qu'il était, adoré ou détesté, a incarné le type de l'officier colonial, infatigable, tempétueux, dominant les hommes et forçant les événements.Il prend part à la conquête du Maroc, sous les ordres de Louis Hubert Gonzalve Lyautey en 1912, au grade de colonel, se distinguant entre autres par la prise de Marrakech, acteur principal de la Campagne du Maroc 1907-1914.

Mangin@Marrakech

 

Autres blogs intéressants pour ses cartes postales anciennes : 
http://halfaoui.blogzoom.fr
http://marrakech-autrefois.centerblog.net/

Cliquez droit pour agrandir les photos.

Mosquée My Lyazid (kasbah)

    

Les halqas de Jemaâ el fna

       

       

Place Abdelmounem

Le Café des négociants

       

       

Riad Zitoun el Kedim

Les deux entrées de Riad Zitoun el Kedim :
à partir de Jemaâ el fna, et côté Mellah.

Météo à Marrakech