L’appellation « perle du Sud » cache (ou dévoile ?) l’origine saharienne de Marrakech. Pourquoi et comment des hommes venus du désert fondèrent une ville qui devint la capitale d’un empire qui s’étendait du nord du Mali au sud de Barcelone… Comment Marrakech donna son nom au Maroc….

 

Ethymologie

Selon les sources, plusieurs étymologies sont proposées pour l’origine du nom de la ville. Une première étymologie donne l’interprétation de « terre de parcours », voire “marche vite” et serait antérieure à la fondation de Marrakech ; elle évoquerait la grande plaine dégagée antérieure. Autre hypothèse, le mot Marrakech (Marrakush) viendrait du tamazight « Mour » qui signifie « pays », et « Akouch » qui veux dire « dieu », ce qui donnerait la « terre de dieu » ; une troisième, enfin, évoque, le « pays des Kouch », guerriers noirs venus d’Aoudaghost, grande ville caravanière de Mauritanie… Ces étymologies, postérieures à la fondation, évoqueraient plus directement les fondateurs.

Avant Marrakech

Avant la fondation de Marrakech, la grosse et verdoyante bourgade de Ghmat (à l’embouchure de la vallée de l’Ourika) était une capitale régionale et une étape caravanière sur la route de l’or qui partait de la Guinée, traversait la Mauritanie, pour rejoindre Fès et la côte méditerranéenne, puis l’Espagne. Si le siècle dernier, les colons français distinguaient un « Maroc utile » au nord, d’un sud pauvre et désertique, il y a mille ans, au contraire, c’était bien les itinéraires caravaniers qui constituaient les couloirs de richesse.

La tribu des Lamtunas (du peuple “Sanhadja” qui a aussi donné le nom « Sénégal ») originaire de l’Adrar, en Mauritanie, nomadisaient entre le Sénégal et le sud du Maroc. Vers 1053, c’est devenu une puissante armée “maure”, formée d’hommes austères et pieux. L’étymologie de “maure”, utilisé par les romains, renvoie au mot grec «mauros», c’est-à-dire « noir », des Amazigh métissés en fait, des Touaregs…  Avec à sa tête, Abu Bakr Ibn Omar, la tribu monte vers le nord, le Maroc actuel, dans un but de conquête. Il s’agit autant d’une conquête fondamentaliste (les almoravides est un courant religieux malékite), que du désir de prendre le contrôle du commerce  transsaharien,  de supplanter la dynastie Idrisside, alors en plein déclin, et dont l’empire s’est morcelé en petits royaumes. Ghmat est conquise en 1058.

La fondation

Rappelé en Mauritanie, Abu Bakr Ibn Omar confie le campement(1) à son cousin Youssef Ben Tachfine(2). La cohabitation difficile avec les Masmuda (tribus locales), l’exiguïté de Ghmat, pousse le nouveau sultan à choisir un site à l’écart. Le site retenu offre plusieurs avantages :
– L’Atlas, au Sud et à l’Est, constitue une barrière naturelle.
– La plaine, bien dégagée, empêche toute attaque surprise et permet le contrôle des riches vallées voisines.
– La nappe phréatique, peu profonde, permet d’alimenter la ville en eau.

C’est donc Youssef Ben Tachfine, vers 1062, qui fonde concrètement la ville de Marrakech. La ville lui sert de base de départ, de camp retranché, pour la conquête de Fès, du nord du Maroc, puis le sud de l’Espagne. Il étendra son emprise jusqu’aux limites de la Castille, de la Navarre, au comté de Barcelone pour le nord, jusqu’à Alger pour la partie ouest, et sera bordé par l’empire du Mali, l’empire de Ghana, pour la partie sud.

Les Almoravides sont alors en pleine expansion ; leur ville deviendra vite un grand centre commercial, situé sur la route de l’or, et équidistant de la Navarre et du Mali. Le rayonnement de Marrakech sera tel, qu’elle donnera son nom à tout le royaume (Maroc venant de la prononciation espagnole « Marruecos »).

Comprendre et reconnaître l’origine saharienne voire sub-saharienne de Marrakech, tant par le peuple qui l’a fondé, que par son organisation propre (khéttaras et palmeraie), mesurer son importance commerciale (quand Fès avait été un grand centre intellectuel), sont essentiels pour intégrer l’identité originale de la ville ocre.

(1) Le premier campement, selon certaines sources, aurait été à Tasghimout, très beau plateau qui surplombe à 10 km à l’est de Ghemat, près du douar d’Iguerferouane.
(2) Son tombeau est situé à mi parcours entre la Koutoubia et le nouveau palais royal.

Rémi Aubrée

Note : Merci à Bert Flint de m’avoir aidé à comprendre l’origine africaine de Marrakech.

Details

Email:

-