Bert Flint, le fondateur du Musée Tiskiwin, était un professeur hollandais d’histoire de l’art.  Passionné par le Maroc, il a été un des premiers à s’intéresser à l’art populaire, aux traditions berbères et touaregs. Bousculant le discours dominant sur les influences arabo-andalouse du Maroc, il a révélé les origines africaines de Marrakech et son impact sur la culture populaire du Maroc.

Pendant plus de 50 ans, il a collectionné des instruments de musique, des costumes, des bijoux, des tapis, des meubles, des objets de la vie quotidienne ou à usage agricole…, essentiellement dans la vallée du Souss et la région saharienne. Il a aussi essayé de comprendre le symbolisme des motifs, la transmission des savoir-faire, les usages et les croyances associées.

Sa maison, qu’il a transformée en musée, est la combinaison de deux petits riads de type hispano-mauresque. Bert Flint a mis en scène les objets dans la configuration la plus usuelle. Nous avons plus l’impression de visiter un intérieur dont les occupants viennent de s’absenter qu’un musée proprement dit, même si, évidemment, la signalétique nous aide à décoder l’origine et les usages des objets présentés.

Arpenter le musée de Bert Flint, c’est découvrir comment le Sahara avant de devenir désertique, était un trait d’union avec l’Afrique noire. La désertification à engagé des processus de migrations vers le nord ; la prise de contrôle du royaume par les dynasties almoravides et allaouites, la fondation de Marrakech relèvent de ce processus. Au travers d’objets usuels, de l’art populaire, ce musée cherche à faire sentir les racines africaines du Maroc.

Le musée Tiskiwin se trouve près du Palais Bahia ; il a été ouvert en 96.
Ouvert tous les jours.

Details

Email:

-