A Marrakech, les chauffeurs de taxis forment une communauté importante et puissante. Dans une station de taxis collectifs, pour régir la concurrence parfois terrible qui s’exerce entre les chauffeurs, ces derniers cooptent des placiers chargés de gérer la répartition la plus équitable entre les véhicules.

C’est parfois un ancien chauffeur qui n’est plus en mesure de conduire, pour des raisons de santé ou autre. Quand un chauffeur arrive, il se signale d’un coup de klaxon au placier qui l’inscrit sur sa liste. Dans une station, il  peut y avoir plusieurs destinations de départ ; le placier appelle les chauffeurs au gré des demandes et selon les trajets qu’ils acceptent de faire.

Quand on est passager, il est plus prudent de s’adresser directement au placier (on l’identifie au carton qu’il tient en main), en évitant de s’adresser à un chauffeur parfois indélicat qui serait tenté de griller son tour, en particulier si vous êtes un groupe de touristes qui lui semblent particulièrement vulnérables. Il s’ensuivrait probablement une petite querelle qui ne serait pas un gain de temps.

C’est parfois le placier qui veille à remplir les taxis et qui s’assure de l’équité quand les passagers arrivés en groupe obligent à une nouvelle répartition. S’il arrive quatre personnes pour un taxi six places où sont déjà installées trois personnes, c’est lui qui ira demander au dernier passager entré de sortir afin de compléter le taxi au plus vite. Parfois le placier encaisse la course pour le chauffeur alors ne vous inquiétez pas si ce n’est pas la personne à qui vous avez payé qui prend la place du chauffeur ! En partant, le chauffeur donnera sa pièce au placier pour son service.

Si vous êtes un passager régulier et courtois, les jours d’affluence, le placier pensera à vous prévenir discrètement et vous évitera la bousculade qui s’ensuivra probablement. Alors traitez les avec courtoisie : ce sont avant tout des médiateurs. Bon séjour à Marrakech !

Details

Email:

-