En traversant Marrakech, et plus précisément en traversant les parcs qui séparent la médina de Guéliz, si vous n’êtes pas cloitrés dans votre voiture, ni asphixié par les gazs d’échappement, durant les mois d’octobre et novembre, vous avez peut-être été intrigué par une odeur insolite. Cette odeur très suave qui évoque plus des odeurs corporelles, très intimes, est bien une floraison : celle des caroubiers.

Ces gros arbres se font plus remarquer au mois d’août, quand ils sont couverts de gousses. Les enfants aiment les machouiller à cause de leur goût légèrement chocolaté. Il ne s’écoule donc que 2 mois entre la récolte et la nouvelle floraison.

Le Maroc est d’ailleurs le deuxième producteur mondial de farine de caroube qui sert d’additif alimentaire (épaississant, succédané de cacao,…). dans le cadre des politiques de reforestation, cet arbre est de plus en plus sollicité, non seulement parce qu’il est bien adapté au climat marocain, mais il préserve mieux les sols que les pins (ces derniers les acidifient) et comme la récolte peut constituer un revenu d’appoint, les montagnards prennent particulièrement soin de cet arbre. Après l’engouement pour les arganiers, le Maroc découvre qu’il a un patrimoine arboricole à protéger et à  valoriser.

Details

Email:

-