Ce qui surprend le visiteur étranger, quand il entre la première fois au hammam, à Marrakech ou ailleurs, c’est en même temps l’extrême pudeur (on se lave en slip – au moins chez les hommes – en évitant de se regarder ostensiblement) et, en même temps, la proximité des corps. Chacun ici vient en toute simplicité, beau ou moche, jeune ou vieux, sain de corps ou handicapé ; on se lave mutuellement : le père lave son fils, ce qui semble normal, mais il est touchant de voir le soin qu’accordent certains jeunes à la toilette de leurs aïeux. Des masseurs se tiennent à disposition des clients isolés, pour effectuer un savonnage, un gommage et un massage (il s’agit essentiellement d’étirements qui peuvent sembler douloureux pour un non initié).

Si on va au hammam qu’une fois par semaine, la toilette y est si intense, chaque partie du corps fait l’objet d’un savonnage et un gommage si minutieux, que les douches quotidiennes semblent, par comparaison, à du dépoussiérage superficiel ! On se lave aussi les dents, se rase la barbe, voir les aisselles et le pubis mais, dans ce cas, on se retire dans un coin plus sombre du hammam, ou derrière des seaux, pour ne pas gêner les autres clients.

La toilette n’est pas la seule raison pour fréquenter le hammam ; si on a une activité physique intense, c’est aussi une bonne détente, et l’hiver, un bon moyen de se réchauffer. Certains hésitent à y aller l’été ; pourtant, à l’occasion des grandes chaleurs, se débarrasser de toute la sueur est un régal et la chaleur de la rue, en sortant, semble tellement rafraichissante ! Contrairement à beaucoup de pays occidentaux, les hammams ne sont pas des lieux de rencontres spécifiques des gays de Marrakech ; certes on y drague comme partout ailleurs mais des enfants aux personnes agées, tout le monde fréquente le hammam.

Un vrai musulman porte un caleçon long et termine sa toilette par un rinçage rituel où tout est codifié, que ce soit l’ordre des parties rincées (en commençant par la tête, un côté avant l’autre…) que la position des mains (dos des mains contre aisselle,…).Ce rituel s’appelle « janaba».

Comme le bain est très lié aux obligations rituelles de se purifier, avant le ramadan, avant l’aïd ou chaque vendredi matin, il y a affluence aux bains. Pour gérer cette affluence des grands jours, certains bains font nocturne ou donnent un coup de feu à la chaudière pour faire monter la température, répondre à la plus grande demande d’eau chaude, et obliger ainsi les clients à libérer plus vite la place.

Pour éviter de prendre froid en sortant, la plupart des gens s’enveloppent la tête avec la serviette, ce qui engendre des plaisanteries entre ami(e)s, puisque l’on sait aussi que le hammam est, pour un couple, le prélude à une plus grande intimité…

 

Lire aussi :
Le hammam (généralités)
Aller au hammam
Le hammam des femmes

Details

Email:

-