Dès le nouvel an selon le calendrier islamique, les enfants envahissent les rues avec des tambourins. Les femmes emmènent au four du quartier des petits gâteaux… C’est l’achoura à Marrakech. Quelques explications au sujet de cette tradition islamique. Si vous n’arrivez pas à dormir ces nuits-là, autant savoir pourquoi !

Instituée par Mahomet avant l’introduction du jeûne du ramadan, il s’agit d’une période de jeûne de deux jours, dont le second, le 10 de Mouharram (premier mois du calendrier islamique) a donné le nom à l’événement : le nombre 10 se disant “ašara (????)” en arabe.

Ce que commémore l’Achoura est variable, selon les hadiths pris en compte : l’accostage de l’Arche de Noé ou Adam quittant le paradis céleste. Selon la version la plus répandue du hadith d’Abû Qatâda, voyant les juifs s’adonner à un jour de jeûne, Mahomet leur en demanda la signification ; ceux-ci répondirent qu’ils commémoraient ainsi la sortie d’Égypte des Hébreux sous la conduite de Moïse. Se réclamant des anciens prophètes bibliques, Mahomet affirma être plus en droit de jeûner ce jour. Toutefois, ce point est certainement un amalgame entre le jour du Yom Kippour et la Pâques juive puisque le jour de Yom Kippour est un jeûne qui expie les péchés de l’année précédente alors que la Pâques juive célèbre la sortie d’Égypte et la délivrance du peuple des Hébreux. D’ailleurs, toujours selon le hadith d’Abû Qatâda, Mahomet a dit : « Ce jeûne efface les péchés de l’année précédente. »

Mahomet, l’année de son décès, a conseillé à ses fidèles d’étendre le jeûne au jour précédant (9ème), pour éviter que soient confondues les fêtes musulmane et juive.

Depuis l’introduction du jeûne du ramadan, quelques années après, ce jeûne est devenu facultatif. Aujourd’hui dans certains pays officiellement musulman, l’Achoura a pris des sens différents,

À cette signification initiale, le chiisme ajoute la commémoration du massacre de l’imam Husayn et de 72 membres de sa famille et partisans par le califat omeyade à Kerbala en Irak. C’est dans cette ville qu’a lieu le pèlerinage principal. En Iran l’Achoura est commémorée par le  Tazieh, un genre théâtral qui rejoue le massacre de l’imam Hussein avec une ferveur extraordinaire ; les gens se flagelle et dans la forme la plus impressionnante, des hommes se flagelle au couteau. Ces images impressionnantes ont fait le tour des médias et ont malheureusement servi à donner une vision caricaturale de l’Islam ; ces traditions n’ont pourtant rien à envier à certains chemins de croix de certaines traditions espagnoles locales…

Au Maroc, l’Achoura dure deux jours (mais la semaine qui précède, il y a déjà une effervescence) et est plutôt célébrée comme la fête de la Jeunesse et de la Famille. On offre aux enfants des habits neufs, des pétards, des trompettes, des jouets et surtout des tambourins ; ceux-ci jouent de la musique ensemble et vont faire la manche de maison en maison pour s’acheter des bonbons ; les grands jouent la dekka toute la nuit ; les mamans font des petits gâteaux appelés “krichlate”…Dans la rue, pendant la nuit, on fait des feux de joie et, dans la journée les enfants fon des batailles d’eau, parfois même avec des oeufs… Il faut plusieurs jours pour que la vie reprenne son cours normal.

Details

Email:

-