Pour commencer, le film de Radu Mihaileanu est irréprochable sur un plan technique : dialogues excellents, bonnes prises de vue, scénario bien ficelé (sans longueur, avec une vraie dynamique…) et servi par une belle équipe d’acteurs marocains et arabes : Leïla Bekhti (déjà remarquée dans “Tout ce qui brille”), Biyouda alias”vieux fusil”, Mohamed Majd…
Le film a été tourné près de Moulay Brahim (certaines  scènes près de Tnine Ourika), aussi, vous reconnaitrez peut-être quelques figurants…
Il est inspiré d’un fait qui s’est passé en Turquie, où des femmes ont fait la grève de l’amour pour contraindre leurs maris à faire une adduction, de la montagne jusqu’au village…

Ce film est une excellente réflexion sur  la place des femmes, leur relation aux hommes,…  sujet sensible qui fait beaucoup réagir le public et qui rend encore plus passionnant de voir ce film en salle. Bien sûr, au-delà de l’anecdote, bien des sujets sont abordés, comme le port du voile (“Vieux fusil”, dont le fils est un jeune imam qui cherche à promouvoir le voile, lui fait une leçon d’anthologie, avant de le jeter à la rue !), ou l’utilisation du Coran pour justifier l’oppression des femmes (versets à l’appui, les héroïnes du film proposeront d’autres lectures…).
Surtout, ce film est une formidable parabole universelle : les choix des mots est toujours chargé d’un symbolisme puissant ; l’eau, ce n’est pas seulement ce truc pour laver le linge et la vaisselle, c’est d’abord la vie, la fécondité dont les femmes sont plus particulièrement porteuses…  Autre métaphore, pour mieux se faire entendre, les femmes tressent des épines au milieu du village en forme de puits, avec une banderole à l’adresse des hommes : vos cœurs sont secs comme les épines de ce puits…

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Source_des_femmes

 

Details

Email:

-