Ceux qui ont été se promener dans le haut Atlas dans les jours qui suivent l’Aid el Adha (la fête du mouton) se sont peut-être retrouvés nez à nez avec un groupe de jeunes avec instruments et personnages déguisés de peaux de chèvres, de masques de monstres, ou le visage grimé en noir. C’est Boujloud.

Cette tradition ancestrale dont l’origine et la signification  ont semble t’il disparu,  se pratique dans tout le Maroc, surtout en pays berbère et c’est dans la région du Souss qu’elle est la plus vivante…

Elle s’apparente certainement à des traditions qu’on retrouve dans toutes les cultures (Halloween, carnaval…).

Les jeunes vont de maisons en maisons pour quémander quelques pièces pour pouvoir s’offrir un repas entre eux. C’est l’occasion aussi, sous le couvert du déguisement, de régler quelques comptes, de solder quelques différents et repartir d’un bon pied pour une nouvelle année.
Après la tension qui a agitée toutes les familles en vue de réunir le budget pour payer le mouton, c’est aussi une sorte de défoulement…

Une tradition qui devrait être défendue, entretenue, puisqu’elle appartient au patrimoine marocain, alors que des tentatives d’importer Halloween se dessinent chaque année.

Details

Email:

-