* l’espion…

Voilà une tradition bien marrakchia qui consiste à surveiller tout le monde et tout ce qui se passe,  et à « cafter » le cas échéant ; l’œil de Moscou, version locale, en quelque sorte. Il y a les pros, bien sûr, mais c’est un jeu auquel tout le monde participe. Quand vous passez dans la rue, on vous apostrophe d’un « hé ! le marrakchi ! », voire du nom du quartier où vous habitez,  pour bien vous faire comprendre que vous n’êtes pas incognito. Si vous restez une énigme pour celui qui tient le mur, il vous interpellera d’un « Que cherches-tu ? » ou d’un « Fil radi ? » (où vas-tu ?) pour soulager sa curiosité. Vous pouvez voir cela comme une terrible indiscrétion… où l’art de ne pas se montrer indifférent. C’est selon…

Un peintre marrakchi qui aimait représenter la place, remplaçait les personnages par des yeux : c’est vous dire ! Il existe d’ailleurs de nombreuses blagues sur le sujet et on s’étonne que l’UNESCO n’ait pas songé à inscrire ce pittoresque usage au patrimoine immatériel de l’humanité…

Si Marrakech jouit d’une relative sécurité, alors qu’elle a toutes les raisons d’exciter quelques extrémistes (c’est une des villes du monde arabe parmi les plus tolérantes), c’est en partie à cet usage qu’on le doit. Mais, depuis l’épisode Argana, les autorités ont sans doute trouvé que ce n’était pas suffisant pour notre sécurité et des « bergegs» ont fleuri aussi sur de nombreux bâtiments de la place. Alors, vous n’avez plus le choix : Souriez ! Vous êtes filmés…

Details

Email:

-